Cours particuliers de maths à Lille

Cours particuliers de maths à Lille

Présent sur Lille , La Madeleine , Marcq en Baroeul , Mons en Baroeul , Wasquehal , Croix , Roubaix , Lambersart , Villeneuve d'Ascq , Lomme , Loos etc..

Publié le par François Planina
Publié dans : #Mes films préférés

 

Nosso Lar est un film brésilien qui raconte une hypothétique vie après la mort. Le personnage principal meurt (d'un suicide) , il se retrouve dans les ténèbres avec des âmes perdues. Il a froid , il a faim , il n'a aucun repère. Un jour , un être lumineux vient le secourir. Il ramène le Docteur Luiz dans un lieu de paix , d'amour , dans une société spirituelle afin de le soigner. C'est alors que le médecin réalise qu'il a quitté le monde des terriens , il se pose alors plusieurs questions. Son hôte lui répond progressivement , au fur et à mesure , le médecin se fait une raison : il est bel et bien décédé et il commence à s'habituer à sa nouvelle vie. Il découvre que la vie n'est qu'un éternel recommencement , que la vie n'est qu'un passage ,que l'on peut choisir de se réincarner dans une nouvelle vie ou rester là haut pour aider les personnes en difficultés sur terre (famille , épouses , enfants). Il se rend compte que la manière qu'il avait de voir la vie sur terre était mauvaise , qu'il n'était pas dans la bonne direction , il prend conscience que l'état spirituel de l'âme est la base même de la vie et qu'il a un peu négligé ce domaine. Dans son village spirituel (avec des paysages paradisiaques) , il accueille les morts (qui arrivent parfois en masse , exemple : génocide ) , certains acceptent très bien le fait d'être décédé , pour d'autres cela est très dur à accepter et veulent revenir dans le monde des vivants. Une jeune fille arrive , elle ne se fait pas à l'idée qu'elle n'est plus sur la vie terrestre. Sa mort est dure à vivre , son petit-ami lui manque , il n'est pas en paix et elle en conflit avec elle-même. Elle essaye de quitter le village croyant pouvoir revenir sur terre mais elle ne tombe que sur des sentiers ténébreux et dangereux et le médecin la retrouve dans un très mauvais état. Le concept de ce village est de servir la cause spirituelle en faisant des bonnes actions , en travaillant bien , André Luiz réussit à retrouver sa maman. En fait tous les morts retrouvent leur ancêtres ce qui produit des situations de vives émotions. Le défunt arrive , on lui fait comprendre qu'il ne pourra pas revenir , au cas par cas , on leur demande d'accepter leur sort et on leur fait comprendre que la vie est une boucle et que les chances sont multiples pour ainsi élever son âme. Au plus on servira le bien , au plus , l'état spirituel sera épanoui , sain et enrichi. Le mal n'existe pas dans ce village , on pourrait peut être l'appeler le Paradis , vu la richesse et la beauté des paysages environnants. La médecine terrestre est assez critiquée , les hôtes de ce village parlent de magnétisme et d'amour pour soigner les gens , André Luiz essaie de soigner un nouveau mort sans réussite , on lui explique que la médecine terrestre est une absurdité , et qu'il existe des moyens beaucoup plus simples et beaucoup plus profonds pour soigner les gens ( exemple : médecine quantique). L'humain s'égare bel et bien sur terre , et même ses convictions les plus profondes sont balayées dans l'au-delà. Le sentiment en voyant le film , c'est de se dire que l'humain passe totalement à côté de l'essentiel sur terre , qu'il est sur le mauvais chemin ,qu'il a une mauvaise attitude spirituelle. Il a des scènes très fortes émotionnellement , par exemple lorsque le médecin se plaint à un haut placé spirituel du village que personne n'a prié pour lui pendant qu'il était en train de mourir à l'hôpital . C'est alors que le chef divin lui projette des images , il voit alors des personnes qui priaient pour lui , dont une personne totalement inattendue , et cela le bouleverse de voir autant d'amour et de dévouement , et il fond en larmes. Il se rend compte que toutes les prières des terriens sont reçues par l'au-delà , et qu'ils en a des millions , du coup , chaque message est entendu avec le temps qu'il faudra car la liste est longue , seulement chaque prière est exaucée sur du court ou du long terme. On est capable de remonter le temps , revivre des scènes , toutes les vérités sont dévoilées et les félonies déjouées et bannies. La vérité et l'amour l'emporte toujours au final, c'est cela qu'on essaye de nous faire comprendre durant ce film. La notion d'espace-temps n'existe plus , les personnes décédées évolues dans une dimension différente pas si lointaine des terriens sauf que la matérialité n'existe plus ou alors on pourrait dire que c'est un monde a ses propres codes , ses propres structures qui ne sont pas nommable au sens terrestre du terme. Cette dimension est issue de l'imaginaire visuel comme si on était en pleine imagination et en pleine conscience dans un univers autre que celui du globe terrestre. Ce film respire la beauté , la simplicité , l'amour , le partage , le spirituel , la mort là bas n'a aucune connotation négative , au contraire , pourquoi avoir peur de la mort sachant qu'on continue à vivre après et que c'est une boucle sans fin ? Le docteur prend conscience que la vie est éternelle et que toutes ses phobies sur la vie étaient infondées et totalement absurdes. A la fin du film , on remarque que l'individu décédé peut demander à son « supérieur » de revenir sur terre pour aider son entourage. Le docteur revoit sa famille , il guérit même le beau père de ses enfants , la jalousie , la rancoeur n'existe plus pour lui , il a compris que rien n'est plus puissant que l'amour et que c'était le premier à devoir montrer l'exemple. J'ai trouvé ce film très enrichissant , forcément rassurant en tant que mortel ,magnifique dans les paysages et dans la pureté des idées qu'il propose. Je vous le conseille vivement.

 

NOTE : 4,5 /5

Voir les commentaires

Publié le
L'objectif réel de l'expérience est de mesurer le niveau d'obéissance à un ordre même contraire à la morale de celui qui l'exécute. Des sujets acceptent de participer sous l'autorité d'une personne supposée compétente , à une expérience d'apprentissage où il leur sera demandé d'appliquer des traitements cruels (décharges électriques) à des tiers sans autre raison que de « vérifier les capacités d'apprentissage ».
 
L'université de Yale à New Haven faisait paraître des annonces dans un journal local pour recruter les sujets d'une expérience sur l'apprentissage. La participation devait durer une heure et était rémunérée 4 dollars , plus 0,5 cts pour les frais de déplacement , ce qui représentait à l'époque une bonne affaire , le revenu hebdomadaire moyen en 1960 étant 25 dollars. L'expérience était présentée comme l'étude scientifique de l'efficacité de la punition , ici par des décharges électriques , sur la mémorisation.
 
La majorité des variantes de l'expérience a eu lieu dans les locaux de l'université de Yale. Les participants étaient des hommes de 20 à 50 ans de tous les milieux et de différents niveaux d'éducation. Les variantes impliquent le plus souvent trois personnages :
 
  • L'élève (learner) qui devrai s'efforcer de mémoriser des listes de mots et recevra une décharge électrique , de plus en plus forte , en cas d'erreur.
  • L'enseignement (teacher) qui dicte les mots à l'élève et vérifie les réponses. En cas d'erreur , il enverra une décharge électrique destinée à faire souffrir l'élève.
  • L'expérimentateur (experimenter) représentant officiel de l'autorité , vêtu de la blouse grise du technicien , de maintien ferme et sûr de lui.
 
L'expérimentateur et l'élève sont en réalité des comédiens et les chocs électriques sont fictifs.
 
Dans le cadre de l'expérience simulée (apprentissage par la punition) , élève et enseignant sont tous deux désignés comme « sujets ». Dans le cadre de l'expérience réelle (niveau d'obéissance , soumission à l'autorité) , seul l'enseignant sera désigné comme sujet.
 
Au début de l'expérience simulée , le futur enseignant est présenté à l'expérimentateur et au futur élève. On lui décrit les conditions de l'expérience , il est informé qu'après le tirage au sort il sera l'élève ou l'enseignant , puis il est soumis à un léger choc électrique (réel celui-là) de 45 volts pour lui montrer un échantillon de ce qu'il va infliger à son élève et pour renforcer sa confiance sur la véracité de l'expérience. Une fois qu'il a accepté le protocole , un tirage au sort truqué est effectué , qui le désigne systématiquement comme enseignant.
 
L'élève est ensuite placé dans une pièce distincte , séparée par une fine cloison, et attaché sur une chaise électrique. Le sujet cherche à lui faire mémoriser des listes de mots et l'interroge sur celles-ci. Il est installé devant un pupitre où une rangée de manettes est censée envoyer des décharges électriques à l'apprenant. En cas d'erreur, le sujet enclenche une nouvelle manette et croit qu'ainsi l'apprenant reçoit un choc électrique de puissance croissante ( 15 volts supplémentaires à chaque décharge). Le sujet est prié d'annoncer la tension correspondante avant de l'appliquer.

 
Les réactions aux chocs sont simulées par l'apprenant. Sa souffrance apparente évolue au cours de la séance : à partir de 75 V il gémit , à 120 V il se plaint à l'expérimentateur qu'il souffre, à 135 V il hurle , à 150 V il supplie d'être libéré , à 250 V il lance un cri violent , à 300 V , il annonce qu'il ne répondra plus. Lorsque l'apprenant ne répond plus , l'expérimentateur indique qu'une absence de réponse est considérée comme une erreur. Au stade de 150 volts, la majorité des sujets manifestent des doutes et interrogent l'expérimentateur qui est à leur côté. L'expérimentateur est chargé de les rassurer en leur affirmant qu'ils ne seront pas tenus responsables des conséquences.Si un sujet hésite , l'expérimentateur lui demande d'agir .

 
L'apprenant s'écrie « Je ne veux pas continuer ! » en s'adressant au sujet (simulation).
Si un sujet exprime le désir d'arrêter l'expérience, l'expérimentateur lui adresse, dans l'ordre, ces réponses :

 
1)« Veuillez continuer s'il vous plaît »
2) « l'expérience exige que vous continuiez »
3) « Il est absolument indispensable que vous continuiez »
4) « Vous n'avez pas le choix, vous devez continuer »
Si le sujet souhaite toujours s'arrêter après ces quatre interventions , l'expérience est interrompue. Sinon, elle prend fin quand le sujet a administré trois décharges maximales (450 volts) à l'aide des manettes intitulées « XXX » situées après celles faisant mention de « Attention, choc dangereux ».

 
A l'issue de chaque expérience, un questionnaire et un entretien avec le sujet permettaient de recueillir ses sentiments et d'écouter les explications qu'il donnait de son comportement. Cet entretien visait aussi à le réconforter en lui affirmant qu'aucune décharge électrique n'avait été appliquée, en le réconciliant avec l'apprenant et en lui disant que son comportement n'avait rien de sadique et était tout à fait normal.

 
Un an après l'expérience, il recevait un nouveau questionnaire sur son impression au sujet de l'expérience, ainsi qu'un compte rendu détaillé des résultats de cette expérience.
 
 

 

Voir les commentaires

AGENCE SUPERPROF

 

François MONTAGNE

 

PROFESSEUR DE MATHS

 

 

PRIMAIRE

 

COLLEGE

 

LYCEE

 

Toutes filières :

 

GENERALES

 

TECHNOLOGIQUES

 

 

 
 

 

COLLEGE

6 ème

5 ème

4 ème

3 ème

 

 

LYCEE

2 nde

1 ère  

Terminale

 

PRESENT SUR 90 COMMUNES DANS LE NORD ET LA METROPOLE LILLOISE : >>>VOIR LA LISTE<<<

 

 

 

 

TAPEZ UN TITRE

 

DE CHAPITRE

 

UN THèME SOUHAITé

 

OU UNE FORMULE

 

DANS LA SECTION

 

"RECHERCHE"

 

EXEMPLES:

 

"Pythagore"

 

"Trigonométrie"

 

"Dérivation" etc...

 

 

 

 

 

 

Page Facebook

Hébergé par Overblog